Les aventures de Follow et Hold'On

29 janvier 2014 7

Régate et Daiko: le récit et les conseils de Natacha

Salut à tous, c’est l’humain au clavier !

Avec Natacha, on a eu une petite idée: transformer une mésaventure en quelque chose de positif et d’utile !
Une semaine après l’annonce de la disparition de ses chiens (retrouvés samedi !) Natacha raconte cette mésaventure et propose quelques conseils au travers d’une petite interview écrite sous forme de questions/réponses.
Nous sommes plusieurs sans doute à nous être dit « et si c’étaient mes chiens ?! »
C’est dans ce sens là qu’on a pensé que ça pourrait être utile de partager cette mésaventure afin que les galères des uns servent à les éviter à d’autres.
Bonne lecture !

 


Depuis quelques jours, on voit un peu partout sur Internet les prénoms de Régate et Daiko, tes deux chiens qui ont décidé de faire une grosse frayeur à leur maîtresse en allant vivre une vie de bohème en forêt pendant quelques jours. Est-ce que tu peux nous en dire plus à leur sujet et nous les présenter ?

Daiko est un Berger Allemand poil long de 6 ans que nous avons cherché dans un élevage familial à 2 mois pour tenir compagnie à notre vieux BA à l’époque. C’est un chien très speed et difficile à canaliser mais fidèle à l’humain en général (sa môman un peu plus !!) et obéissant.
Régate est une Altdeutscher Sschäferhund (AS) de 21 mois qui vient du Printemps des olivets. J’ai attendu cette chienne 2 ans ! Suite à des problèmes de santé avec Daiko je ne voulais plus de BA classique (dos trop courbé !…) on m’avait parlé de l’AS est j’ai su rapidement que c’est ce chien là qu’il me fallait. Régate est une chienne réfléchie et équilibrée et ce depuis son plus jeune âge, avec un comportement  irréprochable avec ses congénères et l’humain. C’est ma compagne de travail car je suis comportementaliste et on forme un vrai binôme lorsque je vais en troubles du comportement, mais elle a un défaut « l’instinct de chasse »

 

 

Peux-tu nous expliquer dans quelles circonstances ils ont fugués ? Ils ne t’aimaient plus ? La vie à la maison n’était pas assez rigolote ? Tu ne leur donnait pas assez à manger c’est ça ? : )

Comme dis j’ai 2 chiens très différents. Daiko est resté sans partir de notre terrain ouvert pendant 4 ans sans jamais suivre qui que ce soit, mais Régate aime pister le gibier ! Notre terrain est très bien clôturé depuis environ 1 an (grillage et portail de 2 mètres).
Ce soir là, j’ai sorti les chiens vers 20h en pensant que tout était fermé. Malheureusement un des portails motorisés n’était pas clos et nous sommes à 100m de l’entrée ! Ils sont partis tous les 3 sur un gibier (et oui notre famille se compose d’une troisième AS de 10 mois).
Si ça avait été une simple piste ils seraient revenus tout de suite.

Vers 22h j’ai voulu les rentrer et là… pas de chiens ! Je suis de suite monté voir, et là horreur, le portail était ouvert. Je suis parti à leur recherche et 20 minutes plus tard Arizona est arrivé en panique et s’est réfugié à la maison, elle n’a pas du suivre le rythme des grands ! Il faut préciser que je vis face à la forêt et le soir le gibier passe souvent devant chez nous.
J’ai pris mon 4×4 et je suis partie les chercher dans la forêt jusqu’à 0h30.
Là je me disais encore qu’ils rentreraient dans la nuit, mais le matin panique, toujous pas de chien…
Mes chiens ne fuguent pas, ce n’étaient pas normal, j’ai su qu’ils étaient perdus, c’était une évidence pour moi !

 

 

Une fois qu’on se rend compte que les chiens ont fugués, au delà de sentir son sang se glacer d’un coup, quels ont été tes premiers réflexes, et si c’était à refaire (on ne te le souhaite pas !) tu ferai quelque chose différemment ?

J’ai commencé à paniquer le matin sachant que j’étais sûr qu’ils s’étaient perdus.
Au petit déjeuner j’ai partagé sur Facebook mes malheurs sans penser une seconde de l’ampleur que ca pendrait. Je pensais les retrouver rapidement !
Ce jour là avec la panique on est parti à plusieurs sur la même zone de recherche mais la foret est vaste. Ce que je ne ferais plus c’est de zoner sans couvrir une zone plus large. Par contre j’ai rapidement appelé le garde forestier de mon secteur qui en a parlé à ses collègues !
Et là appel à 15h30 du forestier pour me dire qu’un promeneur les avait croisé à l’opposé de nos recherches.
On est arrivés ds la zone vers 16h/17h, pour nous c’était sûr qu’on les aurait ! …

 

 

 

Les heures passent, la nuit tombe, les chiens ne sont toujours pas retrouvés, l’histoire commence à se compliquer…
Que conseilles-tu de faire ? On retourne à la maison, on se met dans le canapé avec une petite tisane et on regarde un bon film de Nicolas Vanier c’est ça ?

Lorsque la nuit tombe et qu’on se rend compte que la nuit nous empêche de chercher, et que l’on a aussi un petit garçon de 6 ans dont on doit s’occuper, qui, lui aussi, a perdu ses chiens, on devient fou !!!
De toute façon la vie s’arrête au moment où on les perd !
Lorsque le petit est couché je repars jusqu’à 23h mais on n’y croit pas.
On hurle partout le nom des chiens, on siffle on fini par s’étrangler avec ses larmes !
Il faut se ressaisir, mais c’est difficile ! L’erreur que j’ai commis ce jour là c’est de ne pas avoir placardé des affiches plus tôt dès le matin. Heureusement mes amis sont là pour me soutenir et partager un maximum via Facebook et appeler gendarmerie, pompiers, mairies, vétérinaires… et faire les affiches pendant que je sillonnais tous les chemins !

 

 

Arrive un moment où il faut abandonner les recherches le soir. Il faut malgré tout se reposer pour être d’attaque pour les recherches le lendemain.
Comment peut-on réussir à dormir dans ce cas là pour pouvoir recommencer à arpenter la forêt le lendemain matin ?

Lorsque l’on décide d’arrêter le soir, on est vidé de toute énergie. Pourtant on sait qu’il faut dormir pour recommencer les recherches, on s’écroule d’épuisement on dort 2/3heures et ensuite on cauchemarde, on tourne en rond, on se demande où on va chercher et surtout si les chiens ont trouvé un  abris. On espère alors que quelqu’un un les ramène dans un doux foyer et que le lendemain on vous appelle !!!

 

 

J’imagine qu’à un moment on se rend compte que la situation est plus sérieuse qu’une simple petite fugue, et on songe alors à informer l’ONF, la Gendarmerie, la SPA, etc…
Est-ce que tu pourrais nous dresser une liste des personnes ou organismes que tu as contacté ?

Je pense qu’il faut d’abord bien connaître son ou ses chien(s) car on ne s’y trompe pas, moi je savais que mes chiens resteraient en forêt ou dans les champs car ce sont pour eux des lieux rassurants et connus. Le premier réflexe était d’avertir les gardes forestiers, ensuite les SPA, les mairies, les vétérinaires, puis la gendarmerie et les pompiers.
Mais je dirais surtout ne pas refuser l’aide de ses amis !!!
On ose pas les embêter mais en réalité ils sont précieux et nous soutiennent dans cette épreuve !

 

 

 

A partir de quel moment mettre en marche le « réseau de copains du web » et toute cette solidarité sur Facebook, les forums, etc… ?
D’ailleurs, comment se réseau se met-il en marche ?
Comment le maîtrise t-on et d’ailleurs peut-on le maîtriser ?

Le réseau Facebook s’est mis en route presque sans que je le veuille.
J’ai mis un message signalant mon état psychologique le matin informant que mes chiens étaient perdus. Très rapidement mes amis ont partagé et se sont mobilisé, ils m’ont prit des photos via mon profil et c’est parti rapidement. Les petits mots de soutien et les conseils pour la recherche, contacté le réseau Petalert67 qui est un groupe crée pour signaler les animaux perdus ou trouvés dans le Bas- Rhin (NDLR : il existe un tel groupe pour quasiment chaque département)
Grâce à ces nombreux partages j’ai eu rapidement des informations concernant les lieux où ils avaient été vu. Les gens parlaient beaucoup entre eux et ont téléphoné à leur connaissances habitant dans le secteur de Still pour qu’ils soient vigilants.
Plusieurs personnes ont partagé également mes coordonnées téléphoniques, du coup j’avais des messages et des infos rapidement. Bien sûr il faut trier, mais les infos qui se recoupaient étaient justes, et des chiens d’un tel gabarit ne passent pas inaperçus… Quoi que !
Dès que j’apprenais quelque chose je relayai l’info via Facebook grâce à mon smartphone et même au fin fond de la forêt !
Il y a du pour et du contre sur les réseaux sociaux, je pense que dans mon épreuve ce grand élan de solidarité me rassure sur la nature humaine. On peut encore trouver de la générosité, de l’entraide et du partage. Pour moi une belle preuve d’humanité ; des gens que je ne connaissais même pas m’ont aidé à chercher des journées et des soirées entières !
C’était un devoir pour moi de les tenir rapidement informés de ce que je savais !

 

 

 

Lorsque j’ai appris la fugue de tes chiens, je t’ai envoyé un petit mail avec l’intention de t’apporter un peu de soutien. Est-ce que ça apporte réellement un peu de réconfort ou était-ce une perte de temps pour toi de lire et de répondre ?
Idem lorsque je t’ai appelé, je ne voulais ni te faire une fausse joie avec le téléphone qui sonne, ni mobiliser ta ligne ! Est-ce que tu aurais un conseil pour les personnes qui, comme dans mon cas, veulent témoigner un peu de soutien ?

Pour moi tout ce soutien mail, sms , téléphone a été un vrai carburant dans mes recherches
Il y a eu des moments où je me suis sentie seule à hurler dans la forêt, les larmes l’emportaient souvent, et grâce à vous je tenais le coup et je me reconcentrais dans la recherche en sachant que je n’était pas seule. A chaque fois que le téléphone sonnait, je coupait l’appel en cours pour décrocher donc je ne ratais aucune info. Je pense que les personnes qui veulent simplement témoigner un peu de soutien devraient préférer le faire par sms ou par mail. Le pire c’est surtout quand le téléphone sonne. Et pour les personnes qui suivent et qui voudraient participer, véhiculez les infos sur les réseaux sociaux. Là l’aide a été importante et riche en informations !

 

 

 

Des amis et des personnes qui se sont mise à ta place ont décidés de te venir en aide sur le terrain et parcourir les champs et la forêt.
Quels conseils as-tu pour les personnes qui veulent aider à retrouver un chien perdu ?
Est-ce qu’on vient avec son propre chien ou seul ?
Est-ce qu’en se promenant on siffle, on appelle, est-ce qu’on emporte avec soi des friandises ?
Si on aperçoit le chien, on essaye de l’attraper ou on téléphone au maître, etc… ?

Je pense que venir avec son chien est mieux. Le chien repère des pistes et si son chien perdu (c’est le cas des miens) à l’habitude des autres chiens, on peut plus facilement les attirer. Ensuite je pense qu’il faut déterminer des zones de recherches appeler les chiens et refaire plusieurs fois la même zone au cas où les chiens nous aient entendu, placarder des affiches à chaque carrefour avec photo des chiens et même en foret !
Prévoir laisses et friandises, téléphone pour appeler rapidement la maîtresse !
Un conseil si vous voyez le chien fugueur surtout ne pas courir vers lui : s’approcher doucement mais pas trop prêt (surtout si le chien recule), se mettre a genoux voir même assis par terre, présenter la friandise et appeler le chien par son nom en restant le plus calme possible.
Pas de gestes brusques, un chien sociable viendra au réconfort rapidement et pour un chien peureux surtout ne pas venir directement au contact, se mettre assis, surtout ne pas le regarder, et esssayer de l’appâter. Prévoir plutôt de la viande, du lard ou du jambon, très odorant, pour avoir une vraie chance qu’il s’approche, en semer un peu comme le Petit Poucet et s’éloigner doucement.
Il faut être très patient et si possible contacter discrètement le maître, quitte à s’éloigner un peu plus.
Pour attacher le chien ce sera fonction de la sociabilité. S’il a un collier on approche le mousqueton doucement par le bas et on l’attache, s’il refuse d’avancer ne pas tirer mais utiliser une friandise et avancer pas à pas. Pour un chien peureux ou limite agressif, prévoir plutôt une longe ou le principe de la laisse lasso: agrandir au maximum la partie à enfiler au cou, distraire avec de la nourriture et enfiler en gardant ses distances.

 

 

Lorsque le téléphone sonne pour te dire que tes chiens étaient retrouvés, quelle a été ta première pensée et ta première réaction ?
Avais-tu au moins un endroit pour t’asseoir le temps de réaliser ? : )
D’ailleurs, comment ont-ils été retrouvés ?

J’étais en voiture pour récupérer d’autres affiches chez moi et de quoi manger pour tous ceux qui étaient là. Il était 12h30, la  première réaction un hurlement de joie, les larmes coulent toutes seules et un demi tour rapide pour les retrouver !
Sauf qu’il fallait retrouver mon beau frère qui ne savait pas où il était en forêt,  mais l’essentiel c’est qu’il avait les chiens avec lui ! Il a  rassuré les chiens et il les a mis sur son quad.
Daiko était à bout de force ! Régate était sur le deuxième quad qui les a retrouvé et ils ont encore fait 15 minutes de quad avant de nous rejoindre.

 

 

 

Comment ont réagi Régate et Daiko lorsqu’ils t’ont vu arriver ?
Et quelle a été ton attitude vis à vis d’eux ? Allez raconte !

Daiko était très mal, il ne bougeait presque plus et un regard vide de chien battu. Il m’a fait mal au cœur… Régate a fait la fête comme si elle venait d’une grosse rando !
Et moi, j’étais heureuse, j’ai juste savouré ces retrouvailles avec un vrai soulagement.
Le tic tac de  »la pendule vie » à recommencé pour moi. Ce sont  »mes bébés » je ne pouvait pas être fâché !
Plein de monde était autour à ce moment là, mais je ne sais plus qui, je ne voyais plus que mes chiens !
Daiko avait froid donc j’ai pris les affaires et je suis parti les mettre en voiture, au chaud et en sécurité. J’ai quand même remercié à chaudes larmes mon beau-frère a qui je dois beaucoup et tous les gens présents ! J’ai envoyé le message Facebook que tout le monde attendait, et j’ai prévenu toutes les personnes qui devaient venir l’après-midi !

 

 

Régate et Daiko retrouvés !

Régate et Daiko retrouvés !

 

Arrivés à la maison (même si ça doit être difficile de conduire avec des yeux humides ^^) comment se sont comportés tes deux p’tits fugueurs ?
Y a-t-il des choses importantes à faire où vaut-il mieux les laisser se reposer sans les embêter ?

Arrivé chez nous on a porté Daiko au chaud devant le poêle à bois.
J’ai fait une inspection rapide pour voir s’ils avaient des blessures, j’ai appelé le véto pour avoir quelques conseils (eau et nourriture en petites quantités pour éviter une torsion d’estomac, au chaud, un peu d’Advil enfant et surtout du repos)
On lui a fichu la paix, il ne voulait que dormir et on sentait un vrai apaisement arrivé chez nous !
Régate a mis une raclé à Arizona du genre  »ici c’est moi la patronne ne l’oubli pas ! »
Et elle est allé voir les nouveaux pensionnaires, au bout d’un quart d’heure je l’ai consigné au chaud par obligation pour qu’elle se repose.

 

 

Régate et Daiko apprécient le confort de la maison !

Régate et Daiko apprécient le confort de la maison !

 

Une dernière question et après je te laisse tranquille !
Une fois qu’ils seront complètement remis de cette expérience (et toi aussi !), quelle est la choses que tu as le plus envie de faire avec eux ?

Déjà une chose est sûr je vérifie à deux fois si tout est fermé chez moi !
Et en parallèle je vais bosser Régate sur le franchissement de portail ouvert.
C’est elle la meneuse et je suis certaine que demain elle recommencerai !
Par contre vu que je n’ai pas de problème de rappel même si le gibier passe devant nous, je ne changerais pas ma manière de les promener. Ils sont rarement en laisse, pour moi la laisse c’est bien dans les zones à risques ou par obligation.
J’aime les interactions entre chiens, les parties de jeux en ballades, par contre je serais plus vigilante !

 

 

 

Voilà, on arrive à la fin des questions, merci d’y avoir répondu, et si tu veux ajouter quelque chose, lâche toi ! : )

Ça fait 10 ans que je suis comportementaliste, je travaille avec mes chiens, j’ai des chiens sociables et équilibrés, je n’aurais jamais cru vivre ces 3 jours et 3 nuit d’enfer !
On pense que ça n’arrive qu’aux autres et bien ce n’est pas vrai, même quand on a de supers chiens !
Je me rassure d’un fait : j’ai également une pension canine et mes clients savent que je ne néglige rien concernant la sécurité.
J’ai été très à cheval lors de la construction des parcs justement car je connais le risque de fugue, qui plus est lorsque le chien n’est pas le nôtre ! Ils ont des quartiers  »haute sécurité » (grillage 2m, béton 20×20 dans le sol)
Et bien mes clients n’ont pas perdus confiance au contraire ! Ils ont étés présent à mes cotés lors des recherches !
Si vous voulez vous pouvez me rejoindre sur Facebook profil « Esprit Canin » ou voir ma structure sur www.espritcanin67.com
N’hésitez pas si vous avez des questions !

 

Un grand merci à Natacha d’avoir bien voulu partager cette histoire avec nous et de nous avoir donné ces quelques conseils.
Avant l’histoire de Régate et Daiko, en balade j’avais toujours pour habitude  »d’ouvrir l’œil » comme on dit, mais maintenant plus que jamais, j’ouvre bien grand les deux yeux !
Tout comme mes chiens j’essaye de repérer biches, renards et chevreuils durant nos balades, mais pas pour les même raisons… : )

Article précédent

Article suivant

Commentaires

  1. Emy & Olkya 29 janvier 2014 - 22 h 23 min Répondre

    Les larmes aux yeux…
    Merci Natacha et Rod… :)

  2. Lou 29 janvier 2014 - 23 h 45 min Répondre

    Merci pour ce témoignage qui est au passage, une excellente idée. J’espère que ça ne m’arrivera jamais mais on ne peut rien prévoir.

  3. Mathieu 30 janvier 2014 - 8 h 21 min Répondre

    Une excellente idée cette mise par écrit d’une expérience difficile. Merci à Rod et Natacha.

    Le petit plus habituel, un humour bien pesé par l’interviewer ;)

    Je vais mettre le lien sur mon blog pour tous les promeneurs canins du groupe.

  4. Claudia 30 janvier 2014 - 11 h 57 min Répondre

    Les larmes coulent… C’est vrai que cette histoire m’avait bouleversée sur Facebook. Et même perturbée… D’autant que j’habite en bordure de la forêt de Fontainebleau où je fais toutes mes promenades quotidiennes avec ma Mandy (un AS aussi !). Beaucoup de gibiers, comme en Alsace, et comme Régate, Mandy a toujours le nez au sol. J’ai d’ailleurs une amie qui a perdu son BBS ainsi, lors d’une promenade en forêt… qui, lui, malheureusement, s’est finalement fait tuer lors de cette escapade sur une route en forêt (la forêt de Fontainebleau est traversée par un vaste réseau routier y compris N6 et N7…). J’ai été soulagée de cette fin heureuse pour Natacha. En tout cas merci Rod pour ces conseils car, en effet, personne n’est à l’abri d’une telle chose, même les maîtres les plus vigilants.

  5. Annie, Athos Rubis 31 janvier 2014 - 20 h 08 min Répondre

    Merci, très touchés et très intèressés par ce témoignage.

  6. Cathy 1 février 2014 - 9 h 19 min Répondre

    Merci pour ce témoignage plein de très bons conseils. Je suis heureuse que l’aventure se soit bien terminée pour les 2 loulous chasseurs ! :-)

  7. Gaëlle et Goliath 17 mars 2014 - 12 h 32 min Répondre

    Merci pour ce témoignage touchant : c’est vrai que c’est un cauchemar que de perdre ses loulous et ne pas savoir où ils se trouvent, s’ils vont bien… . Je souhaite plein de bonnes choses à cette jolie troupe !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible / Les champs marqué d'une * sont requis

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>