Les aventures de Follow et Hold'On

2

Des poux rouges dans le poulailler

Il y a quelques jours, pour la première fois depuis 3 ans, deux de mes cocottes ne sont pas rentrées pour dormir et sont restées perchées dehors à la tombée de la nuit.
Je suis donc allé les porter dans le poulailler.
Ce même soir, je me gratte la tête, plusieurs fois, et au bout d’un moment j’en déduis que j’ai du attrapé des poux ! Première fois que j’ai des poux… à l’âge de 35 ans ! (à ce moment là je ne fais aucun lien avec le poulailler)
Je cherche sur internet comment traiter les poux avec ce que j’ai à la maison, je masse les cheveux avec de l’huile de germe de blé mélangée à des huiles essentielles de lavande et tea tree et un peu d’huile de neem, je laisse le tout reposer, une bonne douche très chaude, je sèche au sèche cheveux et mets un peu de terre de diatomée dans les cheveux pour la nuit… Ouf… ca semble être passé…

Le lendemain, pas de grattage de mon côté. Je l’ai échappé belle !
Le soir, 3 poules sont perchées dehors alors qu’il fait nuit…
Rebelote, je vais les déplacer à l’intérieur du poulailler pour leur sécurité.
Je rentre et… ca gratte de nouveau !

Et c’est là que j’ai compris que mes poules avaient des poux !
Je retourne voir le poulailler avec une lampe frontale, et là horreur, ca grouille par centaine de milliers ! Des poux partout, une vraie infestation qui dure sans doute depuis longtemps et que je n’avais ni vu ni compris !
Des poux rouges et des poux mallophages, on était gâtés !

Voilà une photo prise au téléphone (désolé pour la qualité) qui vous donne une petite idée. Un nid de poux rouge ressemble à un amas de poussière, encore plus lorsqu’ils n’ont pas encore mangé et qu’ils n’ont pas leur couleur rouge.
Et il y en avait partout dans le poulailler !!!

13575802_1691423811123108_9039339380218265932_o

Vous trouverez de nombreuses lectures au sujet de ces poux, mais ce qu’il faut en retenir c’est que le poux rouge, avant son repas, est de couleur grise, se planque la journée dans les interstices du poulailler et n’est quasiment pas visible, et sort de sa cachette la nuit pour aller sucer le sang des poules.
Le poux mallophage se nourrit de débris de peau, de plumes, et de fientes restées dans le plumage.

Le risque pour les poules c’est, à terme,… la mort…
Par anémie, épuisement, faiblesse, etc…

On peut lire qu’aucun de ces deux poux ne peut contaminer l’humain.
J’ai envie de dire que c’est à la fois vrai et faux…
Ils peuvent tout de même migrer sur l’humain (comme ça a été le cas pour moi) par contre ils ne s’y développeront pas étant donné que l’humain n’est pas un hôte fait pour eux.
Concrètement, ces poux là grattent la tête temps qu’ils cherchent des plumes sur votre tête (et normalement ils n’en trouveront pas !), mais en aucun cas ne pourront fonder une famille ! : )

Il n’en reste pas moins que le temps où ils sont sur la tête c’est très énervant et désagréable, mais il est simple de s’en débarrasser en les étouffant avec les cheveux imbibé d’huile pendant 15/20 minutes et une bonne douche chaude (voire deux pour être tranquille).

J’ai énormément lu à ce sujet, et il en ressort que quasiment chaque poulailler sera un jour touché par les poux rouges, et qu’il semble très difficile de s’en débarrasser, voire impossible quand on lit les différents récits sur internet.
Certains utilisent des poudres insecticides, d’autres des liquides insecticides (comme l’ivermectine, du Frontline ou Stronghold (pour chiots ou chatons), etc… avec comme consigne de ne plus consommer les oeufs pendant 1mois…

Bon… je nourris mes poules aux grains et végétaux BIO, j’ai vraiment du mal avec l’idée de leur mettre des insecticides aussi costauds dans leur plumage…

Je n’étais pas très confiant pour réussir à me débarrasser de ces parasites étant donné mes lectures de récits, mais ce que je peux dire à l’heure actuelle, c’est que ma méthode semble avoir fonctionné et il semble qu’en une journée je me sois débarrassé de cette invasion !
Voilà donc ma méthode…

Première chose à faire, enlever toute la litière (en portant des habits type veste de pluie, casquettes, etc…). Idéalement, brûlez la litière (pas dans le poulailler hein !) si vous le pouvez.
Il faut ensuite se procurer des « mèches soufrées ». Concrètement, ce sont des languettes de coton enrobées de soufre jaune. Elles sont généralement utilisées par les viticulteurs pour désinfecter les fûts et tonneaux de vin par fumigation, mais également par quelques apiculteurs.
Là encore, je n’ai pas pensé à prendre de photo avant, mais concrètement voilà comment j’ai procédé. J’ai pris un seau (en plastique mais idéalement pour éviter tous risques un seau en métal ou un grand pot de fleur en terre cuite sera plus approprié), j’ai versé un peu de sable au fond, j’ai fais une espèce d’anse avec du fil de fer pour y fixer les mèches soufrées.

IMG_2698
J’ai bâché le poulailler (pour que la fumée ne s’évacue pas trop vite, le but est « d’étouffer » l’intérieur), j’ai mis tous les accessoires dans le poulailler (mangeoire, cagette pour pondoir, etc…), j’ai allumé une mèche de soufre, fermé le poulailler et suis partit bien loin !
Car non, il ne faut pas rester à côté, la fumée de soufre est irrespirable, et si par mégarde vous respirez un tout petit filet de fumée de soufre, vos narines seront débouchées pour toute la journée !
Malgré tout, il faut surveiller de loin pendant 5 bonnes minutes pour s’assurer que tout se déroule bien et que le poulailler ne prenne pas feu…
J’ai laissé 2 heures en l’état, et j’ai ensuite enlever la bâche et ouvert le poulailler pour aérer (en rajoutant un ventilateur) pendant 2 bonnes heures également.

Pas hyper passionnante, mais voilà la vidéo (vitesse x5) de la fumigation de mon poulailler avec du soufre histoire de vous donner une idée…

Après ça, des dizaines de milliers de poux étaient morts au sol.
C’était donc un très bon début !

Une fois que l’air à l’intérieur du poulailler était respirable, j’ai passé tout l’intérieur au décapeur thermique. Certains préconisent le chalumeau, mais le décapeur thermique fais très bien le travail en étant bien moins agressif pour le bois.
Le décapeur thermique ressemble et s’utilise comme un sèche cheveux sauf que… il ne faut pas l’utiliser pour les cheveux ! : )

IMG_2693

Je l’ai utilisé pendant 10 bonnes minutes pour faire tout l’intérieur du poulailler, le but étant de brûler les poux restants. Difficile de se rendre compte de l’efficacité, mais vu la chaleur dégagée les poux n’ont pas pu y résister.

Dernière étape, j’ai fait comme les anciens faisaient dans leurs étables: j’ai chauler l’intérieur du poulailler.
Pour cela, il faut de la chaux vive (qu’on trouve en jardinerie ou éventuellement en magasin de bricolage) et de l’eau. Il faut un récipient en métal ou terre cuite (pas de plastique car il fondrait !). On verse de l’eau dans le récipient puis on verse délicatement de la chaux vive dans l’eau (pas l’inverse !)
Il faut porter, des gants, des habits qui protègent et des lunettes de protection car la chaux vive ne doit pas être en contact avec la peau au risque d’avoir de sérieux problèmes !
Soyez donc très prudent avec la chaux vive !
Fermez le récipient avec une planche en bois et laisser agir…
Le tout va monter en température (parfois jusqu’à ébullition !), et une fois le mélange calme et froid, vous pouvez remuer jusqu’à obtenir un liquide ayant la consistance d’une peinture.

Et c’est justement ça qu’il faut faire pour chauler un poulailler: peindre l’intérieur avec ce mélange ! (murs, plafond, sol et perchoirs)

Une fois sec (c’est assez rapide) les murs deviennent complètement blancs.
Enfin… « complètement », uniquement si on a bien peint l’ensemble. Dans mon cas on peut voir que certaines parties ont été moins bien traitées que d’autres, j’ai fais un peu vite car l’odeur de soufre était encore bien présente à ce moment là et c’était difficile de rester la tête dans le poulailler…
Je ferais mieux la prochaine fois ! : )

IMG_2680

Il faut compter une journée pour traiter le poulailler et procéder à toutes ces étapes.

Hormis le remplacement de la litière, je n’ai jamais eu besoin d’entretenir particulièrement le poulailler, jusqu’à aujourd’hui…
Je pense qu’à titre préventif, il serait bon de faire une fumigation au soufre trois ou quatre fois dans l’année, et un chaulage une ou deux fois pour être tranquille.

Pour finir, j’ai fait un répulsif avec un mélange d’huile de germe de blé (n’importe quelle autre base peut convenir), d’huile de neem, et des huiles essentielles de lavande et tea tree.
J’ai mis le tout dans un vapo, et le soir, une fois les poules perchées, j’ai vaporisé leur pattes, puis j’ai saupoudré leur plumage de terre de diatomées.
Je pense que tout cet ensemble est plutôt complet…

Voilà les cocottes la nuit pendant l’infestation:

Et les voilà cette nuit après le traitement du poulailler (il y en a une qui a dormi dans le pondoir)
C’est quand même autre chose ! : )

Ce matin, tout ce petit monde semble bien reposé et en grande forme !
D’ailleurs Walter n’a jamais autant chanté que ce matin ! (ca m’arrange pas on est dimanche… mais bon… s’il est heureux… ! ^^ )

Si vous êtes confrontés aux problèmes de poux rouges, bon courage, et j’espère que vous pourrez vous inspirer un peu de ce récit : )

Ajout: Quelques semaines plus tard, j’ai intégré 4 poussins de 8 semaines. Le lendemain matin, 3 d’entre eux étaient morts. Je pensais en avoir terminé avec les poux rouges mais ils se sont à nouveau installés et développés. Malheureusement ces 3 poussins se sont couchés pile poil sur un nid de poux rouges qui ont eu raison d’eux en seulement une nuit !
Seul le jeune coq à dormi perché et a été épargné.
J’ai refait tout le traitement ci-dessus et j’ai complémenté en vaporisant tout l’intérieur du poulailler avec du Crésyl dilué à 5% dans de l’eau.
J’ai également remplacé la litière de paille par du simple sable, plus simple à nettoyer, moins attrayant pour le développement des poux rouges.
A ce jour, je touche du bois, mais cela fait des semaines que je n’ai pas vu l’ombre d’un poux rouge (et croyez-moi, je suis vigilant depuis !)

Commentaires

  1. Francine 7 juin 2016 - 18 h 20 min Répondre

    Bonjour,
    Pour le bien-être de mes poulette, j’ai une petite astuce… Qui est plutôt préventive pour que les petites bébêtes ne se sentent pas les bienvenues. Lorsque je nettoie le poulailler, avant le paillage, je saupoudre de la cendre de bois tamisée sur tout le sol. C’est un petit plus, très économique !
    J’ai apprécié ton récit très complet, et quel bonheur d’entendre le chant du coq… même le dimanche !!!
    Francine.

    • Rod 7 juin 2016 - 19 h 49 min Répondre

      Je le fais également, mais un poil différemment: je verse de la cendre par dessus le foin qui sert de litière.
      Et en complément, dehors à l’abri de la pluie, un vieux pneu rempli de cendre mélangées à du sable pour prendre des bains de poussières ! :)
      Merci d’avoir apporté ces précisions !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas visible / Les champs marqué d'une * sont requis

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>